Tunisie - Attentat de Sousse - Propos à la presse de M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international, à l’issue du conseil restreint (27 juin 2015)

Mesdames et Messieurs,

Nous venons de tenir un conseil restreint sous la présidence du président de la République, où nous avons bien sûr examiné deux questions extrêmement lourdes. En ce qui concerne ce qui s’est passé en France, le ministre de l’intérieur vous fera le point dans un instant.

En ce qui concerne la Tunisie, le drame est épouvantable. Il y a déjà, d’après les renseignements que nous ont donnés les autorités tunisiennes, 38 morts et de nombreux blessés. À ce stade - je dis bien « à ce stade » -, il n’y a aucune victime française identifiée, mais il faut rester très prudent.

Le président de la République a eu son homologue, j’ai eu le ministre des affaires étrangères tunisien, notre ambassadeur est sur place avec une équipe consulaire. Mais, compte tenu des circonstances, il faut rester encore extrêmement prudent.
Il y a, en tout cas, malheureusement, beaucoup de victimes et en particulier des victimes britanniques et nous avons une pensée extrêmement forte pour ces victimes, pour leurs familles et, d’une façon générale, bien sûr pour la population tunisienne et pour tous ceux qui souffrent de cette situation effrayante.

Il y aura, dans quelques dizaines de minutes, au Quai d’Orsay, une réunion avec les tours opérateurs et nous leur avons demandé de rapatrier tous les Français qui souhaiteraient être rapatriés, et nous allons veiller à cela. Je vous tiendrai au courant au fur et à mesure de l’évolution de la situation. Mais il est évident que ce qui frappe la Tunisie, et compte tenu de la place que représente aussi le tourisme dans ce pays ami, est un coup extrêmement rude qui est porté au pays.

Merci./.

Dernière modification : 30/06/2015

Haut de page