Sommet 2014 sur les changements climatiques à New York

Le Sommet de New York a marqué un temps fort dans la mobilisation politique pour le climat, avec plus de 120 chefs d’Etat et de gouvernement. Le Sommet s’affiche déjà comme une réussite avec de nombreuses initiatives lancées dans les secteurs clés de la réduction des gaz à effet de serre : finances, villes, énergie, forêts, transport et agriculture. Suite à ce succès, la France entend rassembler et appelle à une mobilisation large de la communauté internationale, en vue d’adopter à Paris en 2015, sous sa présidence, un accord universel sur le climat.

Dans cette perspective, la France mène une action internationale concertée et d’envergure. Paris plaide ainsi pour une réduction sensible des émissions de gaz carboniques, afin de réaliser l’objectif des 2°C, qui implique de parvenir à la neutralité climatique, un niveau d’émissions compatible avec la capacité d’absorption de la planète. Le Gouvernement français s’est fixé des objectifs nationaux volontaristes comme ceux qu’elle propose à ses partenaires européens : loi sur la transition énergétique, défense d’un objectif européen exigeant une réduction des émissions de 40% en 2030 par rapport à 1990. Par ailleurs, la France s’engage à verser une contribution financière ambitieuse, de 1 milliard de dollars sur 4 ans, au Fonds vert pour le climat.

Le Gouvernement français exhorte enfin ses partenaires à le soutenir dans la dynamique qu’il veut insuffler, et invite les pays émetteurs à s’inscrire dans une démarche commune de protection de l’environnement. Dans ce domaine comme dans d’autres, la France compte sur le Kazakhstan, en tant que partenaire stratégique en Asie Centrale, et réitère sa confiance et son soutien à son partenaire dans la poursuite des efforts à mener en matière énergétique et environnementale.

Dernière modification : 10/10/2014

Haut de page