Revue de la presse kazakhstanaise – vendredi 21 janvier 2011

Le Kazakhstan et la France étudient les possibilités de réalisation commune d’une « technopole »

La création d’une « technopole » sur le territoire du Kazakhstan est devenue un des principaux thèmes de discussion dans le cadre de la visite officielle à Astana du représentant spécial du Président français en Asie centrale, le sénateur A. de Montesqiou. L’idée du Sénateur de créer une « technopole » a été discutée avec le vice-premier ministre, ministre de l’Industrie et des Nouvelles technologies, Asset Issekeshevim, le directeur de l’Université Nazarbayev et du Centre d’innovation et de transfert de technologies ainsi que d’autres représentants d’entreprises. Les deux partis ont défini les principales lignes de la réalisation du futur projet. Le côté français a également exprimé son intérêt de participer à un échange d’expérience dans le cadre de la coopération avec le Centre d’innovation et de transfert de technologies. (Interfax)

Le Bureau international des Droits de l’homme revient sur le refus de libération d’Evgueni Zhovtis

Le refus de la libération anticipée d’Evgueni Zhovtis annoncée mardi 18 janvier avait officiellement été motivé par le fait que « lors du premier tiers de sa peine le détenu avait déjà été soumis deux fois à la responsabilité disciplinaire, n’avait pas participé à un groupe d’activités de prisonniers au sein de l’établissement et avait explicitement refusé de signer la demande de participation à cette même structure ».
Or le Bureau international des Droits de l’homme et de la primauté de la loi basé au Kazakhstan (créé et précédemment dirigé par E. Zhovtis), considère ce refus comme un acte de non-droit, qui ne fait que démontrer l’essence politique de l’affaire. D’après ses collègues, la référence au non respect des règles du système pénitencier par le détenu n’était plus suffisante en droit pour refuser à E. Zhovtis sa libération anticipée au moment de sa demande. (Svoboda Slova)

La décision de la tenue du référendum dépend désormais du Conseil constitutionnel

A l’heure actuelle un peu plus de 5 millions de signatures ont été recueillies, soit 55,2% de l’électorat kazakhstanais. Aucune constatation de manquement aux règles du processus de collecte nationale des signatures n’a été relevée par la Commission centrale électorale, a noté son représentant Kouandik Tourgankoulov.
De son côté le Président kazakhstanais, Noursultan Nazarbayev, promet d’étudier attentivement la proposition de référendum concernant la prorogation de son mandat présidentiel et de prendre la décision dans l’intérêt du peuple kazakhstanais ». Le Président kazakhstanais a exprimé son « sentiment de fierté vis-à-vis du soutien de masse qu’à reçu cette initiative populaire ». Le Président a fait appel au Conseil constitutionnel qui dispose d’un mois pour décider de la constitutionnalité ou non du référendum.
L’hebdomadaire Monitor estime que si le référendum avait lieu, la vie politique de l’opposition dans le pays s’arrêterait durant les six ou sept prochaines années, jusqu’à la tenue des prochaines élections présidentielles de 2020 auxquelles pourraient à nouveau participer les opposants au chef de l’Etat et durant lesquelles ils pourraient reprendre un poids politique. Dans ce contexte de nombreux opposants risquent d’abandonner leurs activités politiques, quelques-uns jusqu’en 2020, les autres pour toujours. (Panorama, Ekspress-K, Kazakhstanskaya Pravda, Monitor)

A signaler

Le parti politique non enregistré « Alga ! » a remis le Prix « Liberté »

Cette semaine le parti politique non enregistré « Alga ! » a tenue la cérémonie de remise du Prix « Svoboda » (Liberté). Le Prix « Svoboda » a été créé en 2003 et est remis le 19 janvier de chaque année, date que l’opposition kazakhstanaise retient comme le Jour de la Démocratie. Les primés sont des personnalités qui ont favorisé le processus de démocratisation du pays et le développement de la société civile au Kazakhstan.
Parmi la trentaine de personnes déjà primées depuis sa création peuvent être citées Herold Belger,
Nourboulat Massanov, Eugeni Zhovtis et Irina Savostina. Les primés de cette année sont le leader de l’organisation « Arman », Yermek Narymbaev, qui est actuellement en prison, le chef de bureau régionale du parti « Alga » à Koustanaï, Igor Kolov, ainsi que Mukhtar Ablyazov, le co-fondateur du Parti d’opposition le « Choix Démocratique du Kazakhstan ». (Panorama)

Le Kazakhstan continuera de renforcer le statut du kazakh comme langue officielle

Selon le Premier ministre kazakhstanais, Karim Massimov, l’année en cours est la première année de mise en œuvre du programme national de développement des langues s’étendant sur la période 2011-2020, c’est pourquoi le ministère de la Culture devrait accorder une attention particulière au développement de la langue d’Etat. En outre, il est rappelé tous les citoyens du Kazakhstan doivent parler en kazakh. (IA Novosti-Kazakhstan)

Dernière modification : 23/02/2011

Haut de page