Les investissements franco-kazakhstanais

Historiquement présente dans le secteur de l’énergie, la France a diversifié sa présence au Kazakhstan dans les années 2010 avec l’arrivée de grands groupes industriels et la réalisation de partenariats franco-kazakhstanais dans de nombreux secteurs (industrie ferroviaire, aéronautique, spatiale, automobile, agroalimentaire, matériaux de construction, énergies renouvelables, gaz industriels). A l’inverse, le Kazakhstan a pour l’instant très peu investi en France.

Le stock d’investissements directs français au Kazakhstan s’élève à près de 13,3 Mds USD au troisième trimestre 2018, classant la France au troisième rang des investisseurs étrangers dans le pays, derrière les Pays-Bas et les Etats-Unis.

Le secteur de l’énergie demeure le principal bénéficiaire des investissements français en raison de la présence historique de Total et d’Orano. Total est présent au Kazakhstan depuis 1992 et a pris une participation de 16,8% dans le consortium North Caspian Operating Company (NCOC) chargé du développement du champ pétrolier géant de Kachagan en mer Caspienne. Orano est présente au Kazakhstan depuis 1996, via la coentreprise Katco créée avec Kazatomprom pour l’extraction d’uranium. Les énergies renouvelables sont aussi un vecteur de promotion de la technologie française au Kazakhstan avec plusieurs projets en cours, notamment dans le domaine de l’énergie solaire avec Total EREN, Urbasolar et ECM.

Des partenariats ont également été noués dans les transports ferroviaires, l’aéronautique et l’automobile. Alstom, en partenariat avec l’entreprise russe TransMashHolding, a construit une usine de production de locomotives électriques à Astana (coentreprise EKZ) et dispose d’une implantation secondaire à Almaty (coentreprise KEP). Airbus Helicopters est implanté au Kazakhstan pour la production, avec Kazakhstan Engineering, d’hélicoptères au sein de la coentreprise ECKE. Les exportations de véhicules automobiles français au Kazakhstan sont encore limitées mais des véhicules Peugeot sont assemblés sur le site de SaryarkaAvtoProm à Kostanaï.

La France est aussi un important partenaire du Kazakhstan dans les domaines de l’espace et de la défense. Airbus Defence & Space et son partenaire kazakhstanais Kazakhstan Garych Sapary ont créé la coentreprise Ghalam en charge de construire et d’exploiter un centre d’assemblage, d’intégration et de test de satellite. Airbus Defence & Space a fourni deux satellites d’observation de la terre lancés avec succès en 2014. De son coté, Thalès Alenia Space a participé à l’élaboration de trois satellites de télécommunications pour le Kazakhstan, lancés en 2006, 2011 et 2014. Le groupe Thalès produit également des radars dans la région d’Almaty via la coentreprise Granit Thales Electronics.

Les entreprises françaises sont également présentes dans les secteurs de l’agroalimentaire avec Danone et Lactalis pour les produits laitiers, Soufflet avec une malterie ; des matériaux de construction avec Vicat (cimenterie Jambyl Cement à Mynaral) ; des gaz industriels avec Air Liquide (production d’hydrogène à la raffinerie de Pavlodar par la coentreprise ALMTG) ; de la grande distribution avec le groupe Leroy-Merlin, qui a ouvert en août 2018 son premier point de vente au Kazakhstan, à l’ouest d’Almaty.

Par ailleurs, les entrées brutes d’investissements kazakhstanais en France se sont limitées à 31,5 M USD entre 2005 et le 3ème trimestre 2018. Le seul investissement industriel kazakhstanais en France connu à ce jour a été réalisé par le producteur de titane UKTMP pour la création de la co-entreprise franco-kazakhstanaise UKAD (50 % UKTMP, 50 % Aubert & Duval). Localisée dans la ville de Saint Georges de Mons dans le département du Puy-de-Dôme, elle y réalise la fabrication de produits en titane (notamment des billettes, lingots, barres, fils et tôles), principalement destinés au marché de l’aéronautique.

Dernière modification : 01/03/2019

Haut de page