Dérèglement climatique - Réponse de M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international, à une question à l’Assemblée nationale (14 janvier 2015)

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs les Députés,

Monsieur le Député,

Ce sont bien sûr deux sujets différents mais en même temps, dans les deux cas, on attend de la France qu’elle apporte une action universelle et c’est probablement pourquoi vous avez rapproché les deux aspects.

S’agissant de la conférence de Paris, nous aurons pour tâche en décembre prochain, à la fois de l’accueillir et de la présider. C’est moi-même qui aurais cet honneur.

À Lima, un certain nombre d’actions ont été prises mais qui ne font que donner le substrat et il faudra avancer sur beaucoup de sujets très compliqués :

Quelle sera la valeur juridique de l’accord contraignant que nous devons passer ?

Quelle sera la valeur des engagements de chaque pays ?

Comment résoudre la question des financements, sans quoi rien n’est possible ?

Comment résoudre la question des technologies ?

Et sur chacun de ces points, nous allons travailler avec tous les pays du monde et réunir ce que nous appelons l’agenda des solutions, c’est-à-dire que ce ne sont pas simplement les gouvernements qui doivent agir mais aussi les collectivités publiques, les entreprises et la société civile. Nous aurons besoin de vous, Mesdames et Messieurs les Parlementaires. Car un certain nombre d’entre vous étaient présents à Lima et nous avons bien vu ce que peut faire la diplomatie parlementaire. Je n’hésiterai pas à vous solliciter pour que ces idées en matière de climat, vous les fassiez passer à travers tous les pays avec lesquels nous avons des groupes d’amitié.

Bref, Monsieur le Député, nous allons faire le maximum, sous l’impulsion du président de la République, pour aller en ce sens. Il y aura les positions spécifiques de la France que défendra Mme Ségolène Royal au sein de l’Europe, et puis il y aura la présidente de la COP21.

Croyez bien que nous avons conscience qu’il s’agit du plus vaste enjeu diplomatique qui soit donné à la France d’accueillir./.

Dernière modification : 15/01/2015

Haut de page